Chargement ...

MAISONS INOCCUPEES : « ATTENTION : DANGER !»

 MAISONS INOCCUPEES : « ATTENTION : DANGER !»
Cliquez sur l'image pour agrandir.

CONFERENCE DE PRESSE DU FdG-C DU 14 NOVEMBRE 2011

Le Front des Gauches-Courcelles a décidé de passer ce matin à l’action pour dénoncer une situation inacceptable qui dure depuis de trop nombreuses années :
 
En ces temps de crise économique, aux portes de l’hiver, alors que la précarité touche de plus en plus de nos concitoyens, les autorités communales de Courcelles n’appliquent pas les lois et règlements sur les immeubles inoccupés !
 
Des dizaines de bâtiments restent inoccupés sur le territoire de la commune, parfois depuis plus de dix ans, sans que les autorités responsables ne prennent la moindre initiative :

Le nom des fous s’écrit partout

 Le nom des fous s’écrit partout
Cliquez sur l'image pour agrandir.
Autrefois, la publicité s’affichait à même le mur. Elle était réalisée par des peintres. Il en resté ici ou là des traces défraîchies, à peine visibles aujourd’hui.

En période électorale, les militants de tous les partis politiques étaient des pollueurs avant la lettre. A la chaux, ils traçaient en vitesse des slogans pour leur parti respectif mais gare pour eux de ne pas se faire surprendre la brosse à la main par les pandores !

Faillite ou liquidation du holding communal

 Faillite ou liquidation du holding communal
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Ce 31 octobre, au nom du Front des Gauches-Courcelles, Robert Tangre, développera l'intervention reprise intégralement ci-dessous.

Le Crédit communal était la banque publique des communes depuis 1860, une banque à la santé insolente dont le bénéfice net progressait sans cesse. L’appétit venant en mangeant, elle absorba tour à tour la Société Nationale à l’Industrie (SNCI), l’Office Central du Crédit Hypothécaire (OCCH) et devint ainsi le premier holding bancaire belge puis se transforma en pieuvre aux multiples tentacules comme la qualifia «le « Financieël Ekonomische tijd ». Banque des communes et des provinces, lors de la régionalisation du pays, elle devint celle des régions et communautés.

Le Front des Gauches- Courcelles, solidaire

 Le Front des Gauches- Courcelles, solidaire
Cliquez sur l'image pour agrandir.
La manifestation de soutien aux travailleurs d'Arcelor Mittal a rassemblé 10.000 personnes venues des quatre coins du pays. Elles se sont rassemblées autour de la statue de John Cockerill pour affirmer leur soutien aux travailleurs de la sidérurgie liégeoise suite à l'annonce par le groupe Mittal de la fermeture du 'chaud' dans le bassin liégeois.

Un retour à Germinal?

 Un retour à Germinal?
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Le matin du 14ème jour du mois d'octobre 2011, la direction d'Arcelor Mittal a confirmé la fermeture de la phase à chaud du bassin liégeois. L'annonce du licenciement de plus de 360 ouvriers et 220 employés éclate au grand jour.

Pourtant, le 10 octobre, un accord avait été trouvé : la direction liégeoise d’Arcelor Mittal s'était engagée à réembaucher quelques dizaines de personnes.
 
Le mercredi 12 octobre le couperet tombe : la direction européenne du groupe annonce par surprise, la fermeture pure et simple de la phase à chaud liégeoise.
 
A l'annonce de ce cataclysme social, c'est tout le bassin liégeois qui est touché : on compte un millier d'emplois directement menacés, auquel il faut ajouter 3000 sous-traitants.

Léontine ne chantera plus.

 Léontine ne chantera plus.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

87 ans, c’est une longue vie. Pour Léontine, ce fut une vie riche car elle la savourait à pleines dents. Dans la nuit passée, Léontine est partie sans nous dire au revoir, tout simplement, comme cela, pendant son sommeil. Ce n’était pourtant pas son habitude car on l’entendait, Léontine, après deux ou trois bonnes bières brunes qu’elle affectionnait. Il suffisait de tourner la manivelle. Cela m’est arrivé souvent. Lorsque j’entamais la chanson wallonne des amoureux « Dins lès ruwèles… quand l’boune séson nos èst r’vènûye… », elle démarrait au quart de tour. Le festival commençait car le disque n’était jamais usé Tout le répertoire wallon et trazegnien y passait.

Fait rarissime : la tutelle donne raison à la minorité.

 Fait rarissime : la tutelle donne raison à la minorité.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Rappelons-nous que le conseil communal  du 29 août dernier tourna court avec la sortie de nombreux conseillers communaux.

Toutefois avant cette interruption, notre conseiller communal FdG-C, Robert Tangre avait suggéré aux autres partis d’en référer au ministre wallon qui a la tutelle des communes dans ses compétences, Paul Furlan.

Cette proposition fut suivie d’effets immédiats puisque tant Ecolo que le CDH interpellèrent le ministre concerné.

Fin de récré à Courcelles

 

ImageOn ne dira pas que la cloche ou l'alarme a été actionnée pour ce faire, mais la fin de la récré a été sifflée à Courcelles. Toutes les formations peuvent repartir pour un tour à un an des élections communales, puisque l'échevine socialiste Annick Pollart a présenté ses excuses. Et au sein de chaque parti, chacun fait un gros semblant de rien.

Cliquez sur ce lien:

L'affaire du bouton

L'affaire du bouton
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Lors du conseil communal de ce jeudi 8 septembre 2011, l'affaire du bouton plus communément connue sous le nom "affaire Pollart" fut à nouveau évoquée et cette fois, les interpellations des groupes ECOLO et CDH furent à nouveau inscrites à l'ordre du jour du Conseil communal mais cette fois en séance publique.

Le Front des Gauches-Courcelles ne pouvait pas rester silencieux. C'est notre conseiller communal, Robert Tangre qui refléta notre point du vue pour la sortie du bac à sable.

Nous reproduisons intégralement ci-après cette déclaration.

A propos des maisons sociales inoccupées : pas deux poids, deux mesures
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Lors du conseil communal d’avril dernier, le conseiller Front des Gauches-Courcelles, Robert Tangre, demandait que la réglementation communale sur les bâtiments en ruine, abandonnés ou inoccupés soit aussi appliquée aux maisons appartenant à la SCRL A Chacun son Logis »

Cités Guéméné et Renard, des garages sont en ruine. Pour certains les portes ont disparu. Les locataires n’osent plus les occuper car les lieux sont devenus tellement malsains, insécurisés, fréquentés par les trafics les plus divers.
 
Rue Mendiaux, les bâtiments des anciennes écoles de Rianwelz sont toujours inoccupés depuis des années. Alors que la liste des demandeurs proche du millier est longue, des habitations ou appartements sont inoccupés parfois durant de très longues durées, des mois si pas des années.
 
Des erreurs de construction (place Ransy : humidité), les locataires reçoivent un autre logement et l’ancien reste inoccupé.
Page 18 sur 20 << Début ... Précédents  11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Suivant >> Fin >>