Chargement ...

Keyser: halte aux pollutions

 Keyser: halte aux pollutions
Cliquez sur l'image pour agrandir.

L’entreprise Keyser fonctionne le long du canal Charleroi -Bruxelles depuis le début des années 70 lors de l’extension du port autonome de Charleroi.

Depuis son installation, cette société de mitrailles, surtout de voitures destinées au broyage est contestée à juste par les riverains de la rue de la Glacerie. Les causes en sont nombreuses : l’esthétique, la pollution sonore, les explosions et les incendies fréquents dont les fumées et odeurs polluent l’environnement.

 

La Glacerie : la rue de toutes les nuisances

La Glacerie : la rue de toutes les nuisances
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Pour les habitants de la rue de la Glacerie, la vie n’est pas une longue rue tranquille !

Il y a d’abord ce trafic incessant de poids lourds qui empruntent le bas de la rue pour rejoindre un important entrepôt logistique ; ce transit incessant défonce la chaussée, inonde les riverains de polluants de moteurs diesel et menace la sécurité de la petite école de la Motte.

En janvier 2008 déjà, le Front des Gauches interpellait les autorités communales sur ce problème et proposait de détourner ce trafic par le terrain de la SNCB jouxtant les voies de chemin de fer, une solution techniquement facile à réaliser. Accueil poli de la proposition…mais sans résultat !

Deux nouvelles interpellations ont suivi, en 2012 puis en avril 2016. Toujours un accueil poli, malgré l’aggravation de la situation : aujourd’hui en effet, ces poids lourds empruntent la totalité de la rue de la Glacerie pour rejoindre l’autoroute, via les rues de Viesville et de Wallonie, épargnant ainsi quelques kilomètres de la nouvelle taxe autoroutière…

Quelques euros économisés et tant pis pour l’état de ces petites routes et pour la sécurité et la tranquillité des usagers faibles et des riverains !

  Intervention de Robert Tangre lors du récent hommage rendu au président Allende
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Du noyau dirigeant de ce comité Chili, je commencerai par rappeler la mémoire de mes compagnons d’aventure, Ernest Glinne et Marcel Beynaerts, tout comme celle de son épouse Jacqueline Rifaut récemment décédée tandis que Nelly séjourne maintenant dans une maison de repos.


 

Enfin une université à Courcelles

 Enfin une université à Courcelles
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Courcelles, ville universitaire…on aurait pu en rêver, et la voici : un « relooker »-animateur télé vient de créer à Courcelles l’université David Jeanmotte », une école de l’image et du « look », qui va dispenser des cours de maquillage, de coiffure, d’apparence, de maintien et de bonnes manières… Problème : ce n’est pas donné : de 250 à…6000 € ! Autre problème : ce machin va recevoir un subside communal! Autre problème encore : çà ne sert strictement à rien, sinon à pomper du fric à ceux qui n’en ont déjà pas beaucoup!

Résultat d'une opposition constructive

 Résultat d'une opposition constructive
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Le Front des Gauches de Courcelles remercie le Collège communal pour la rapidité de la réponse concrète qu'il a apportée à sa demande en procédant à l'élagage de ce buisson qui représentait un véritable danger pour les automobiliste désireux de s'engager sur la rue du 28 juin.

Pour une citoyenneté active

 Pour une citoyenneté active
Cliquez sur l'image pour agrandir.

C’est en 1789, qu’est écrite la charte des Droits de l’Homme et du Citoyen. Tous les hommes deviennent libres et égaux en droits. La disparition d’un régime basé sur le droit divin va permettre aux classes populaires de revendiquer les droits de liberté, d’association, d’égalité et de justice.

En Belgique, la bourgeoisie du 19 ème siècle n’était pas prête à accorder ces droits au monde ouvrier. Des luttes violemment réprimées éclateront pour conquérir le droit de vote. Il faudra attendre 1918 pour que la loi reconnaisse le suffrage universel (un homme, une voix), droit que les femmes n’obtiendront qu’en 1948.

 Réforme fiscale du gouvernement: une perte financière importante pour toutes les communes.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

La réforme fiscale du gouvernement fédéral visant à alléger l’impôt sur les personnes physiques (IPP) et donc à augmenter  les revenus nets des citoyens, a des effets pervers, que la coalition MR-NVa-CdnV aurait bien voulu discrets. En réalité, le gouvernement s’empresse de reprendre d’une main ce qu’il a donné de l’autre ! La réforme fiscale (le tax shift) va en effet priver les communes de près de 900 millions d’euros…et Courcelles n’est évidemment pas épargnée !

Une proposition de désengorger partiellement la circulation automobile au Trieu.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Chacun(e) d’entre nous sait à quel point, il est pénible de prendre la rue Churchill et arrivé(e) place Roosevelt d’obliquer à gauche en direction de Roux. Pour faciliter la circulation à cet important croisement de deux voiries régionales, le Front des Gauches préconise l’implantation de feux tricolores au carrefour formé par l’avenue Jean Jaurès avec les rues Philippe Monnoyer, du 28 Juin et des Déportés.

En 2006, que proposait l'UCPW à propos du terril n° 5?

En 2006, que proposait l'UCPW à propos du terril n° 5?
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Nous souhaitons le rachat de l’ensemble du terril et son classement en zone verte afin de permettre la création d’un vaste projet d’aménagement assurant la conservation des plans d’eau formés par les anciens bacs à schlamms et la transformation de l ‘ensemble de l’espace en lieu de détente et de repos en y associant la population locale. Le Nord de Charleroi est particulièrement défavorisé en ce qui concerne les lieux de détente. Pour trouver un peu de repos et se distraire, ceux d’entre nous qui possèdent un véhicule peuvent se rendre à Godarville, à Morlanwelz, à Marcinelle mais tous les autres ?

 La commune va devenir propriétaire d'une partie du terril n° 5.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Lors de la séance du conseil communal d’avril dernier, le Front des Gauches interpellait à nouveau sur le devenir du terril n°5  Depuis la moitié des années 90, l’Union Communale Progressiste et Wallonne (UCPW) avait participé activement avec la population et les élus de diverses associations locales pour empêcher la création d’un Centre d’Enfouissement Technique pour produits soi-disant dangereux mais non toxiques. La population a gagné cette bataille importante et a vaincu une puissante multinationale. Continuant sur cette lancée, le Front des Gauches a prolongé le combat. Un vent favorable lui avait appris que la curatelle voulait se débarrasser à bon compte ce vaste espace vert et les bassins de décantation nombreux qu’il comptait.

Page 3 sur 14 << Début Précédents  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant >> Fin >>