Chargement ...
Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in C:\gich\www\fdgc\library\Zend\Locale\Format.php on line 762 Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in C:\gich\www\fdgc\library\Zend\Locale\Format.php on line 1028

Interpellation du FdG: "Belfius est à nous"

Lors du conseil communal de Courcelles, fin avril, le représentant du Front des Gauches a développé l’intervention reprise ci-après.

Les communes belges comptent parmi les clientes les plus importantes de la banque Belfius et Belfius est leur première banque. Elles sont donc les premières concernées par son éventuelle introduction en bourse.

 Interpellation du FdG:
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Cette introduction aurait effectivement des conséquences tant sur leurs conditions d’accès au crédit que sur l’accessibilité des services bancaires de base à la population.

L’arrivée d’investisseurs privés dans la banque ne ferait en effet qu’accentuer l’impératif de profit à court terme. Sa privatisation risquerait d’avoir un impact négatif sur la possibilité des communes à réaliser des investissements publics. Elle pourrait aussi contribuer à accélérer le processus de fermeture des agences les moins rentables — un motif d’inquiétude particulièrement légitime dans les zones rurales où de telles fermetures peuvent avoir des conséquences économiques désastreuses.

La plateforme « Belfius est à nous » a donc lancé une campagne d’interpellation communale. Via une motion, la plateforme propose aux citoyens d’interpeller directement leur conseil communal, d’une part pour réclamer la fin du processus de privatisation, d’autre part, pour ouvrir le débat sur un service bancaire public en Belgique.

De nombreux citoyens et conseillers communaux soutiennent l’initiative de la plateforme. Les villes d’Assesse, Profondeville, Visé et Verviers en Wallonie, d’Ixelles à Bruxelles et de Zelzate en Flandre ont déjà adopté une motion de ce type. Elle est à l’ordre du jour dans plusieurs communes, comme Gembloux, Wanze, Molenbeek, Forest, Bruxelles-Ville ou Saint-Gilles. « Belfius est à nous » dispose également de relais susceptibles d’appuyer ses revendications dans de nombreuses villes et communes, telles que Liège, Namur, Leuven et Nivelles, de même que dans l’ensemble des communes de la Région bruxelloise.

Les conseillères et conseillers communaux sont appelés à se prononcer sur ces motions, y compris celles et ceux affiliés aux partis de la majorité fédérale, à mettre de côté les allégeances partisanes pour signifier leur attachement à la défense du bien commun.

La décision de la vente de Belfius n’est pas encore actée. Il est nécessaire que l’avenir de Belfius soit débattu à tous les niveaux de pouvoir, mais aussi au sein de la population. Ce débat a jusqu’à présent été refusé par le gouvernement. Il est donc légitime de l’imposer.

Le Front des Gauches souhaiterait que Notre conseil communal se prononce favorablement ce jour sur la proposition que nous proposons : signons donc collectivement la pétition jointe à cette interpellation.

Le Front des gauches a ensuite proposé le vote de la motion suivante :

 

Stoppons la privatisation de Belfius et ouvrons le débat sur l’avenir de la banque

 

Le gouvernement a annoncé la vente prochaine de la banque Belfius, détenue à 100% par l’État Belge et donc par la population. Cette décision n’a fait l’objet d’aucun débat et pourtant, en poussant la banque Belfius dans une seule logique de maximisation du profit, la vente – même partielle – aurait un impact important sur l’économie et la société belge :

  • On se priverait de la possibilité de garantir une véritable accessibilité du service bancaire : disponibilité du personnel en face à face et pas seulement en ligne, agences bancaires dans les petites villes, etc.
  • On se priverait de la possibilité d’orienter le crédit dans l’intérêt de la population et des communes financement de la transition énergétique, investissement dans les infrastructures publiques, etc.
  • On se priverait d’une vraie alternative : une banque dont la mission première serait de servir l’intérêt général et non pas le profit de ses actionnaires.

Nous exigeons donc :

  • L’arrêt immédiat du projet de privatisation de Belfius, et l’annulation du mandat donné aux banques d’affaires
  • le lancement d’un débat public (incluant parlementaires, société civile et employé.e.s du secteur) sur l’avenir de la banque et sur l’intérêt d’une banque publique en Belgique.

Nous ne pouvons pas laisser le seul pouvoir exécutif décider à la légère de l’avenir de l’une des principales banques de Belgique. Nous en appelons à l’action urgente du Parlement Fédéral sur ce sujet.

Lors du débat, Mme Taquin proposa à Robert Tangre de réunir une commission regroupant les chefs des divers groupes du conseil communal pour rédiger une motion commune. Le FdG a accepté la proposition faite par la bourgmestre.

Cette réunion a eu lieu. Les conseillers présents ont élaboré une motion à l’unanimité des présents. Nous la publierons lorsqu’elle sera approuvée par le futur conseil communal qui se réunira le 31 mai.

En attendant, tout citoyen peut aller sur le lien http://www.belfiusestanous.be/2017/10/12/petition-petitie/ et signer cette pétition. N’hésitez pas à la partager largement.

 

 

 

 

 

0 commentaire (ajouter le votre)

Laisser un commentaire   


Envoyer