Chargement ...

Enfin une université à Courcelles

Courcelles, ville universitaire…on aurait pu en rêver, et la voici : un « relooker »-animateur télé vient de créer à Courcelles l’université David Jeanmotte », une école de l’image et du « look », qui va dispenser des cours de maquillage, de coiffure, d’apparence, de maintien et de bonnes manières… Problème : ce n’est pas donné : de 250 à…6000 € ! Autre problème : ce machin va recevoir un subside communal! Autre problème encore : çà ne sert strictement à rien, sinon à pomper du fric à ceux qui n’en ont déjà pas beaucoup!

 Enfin une université à Courcelles
Cliquez sur l'image pour agrandir.

David Jeanmotte, c’est celui qui fait le comique dans une émission humoristique de la RTBF. Mais – et heureusement pour lui – il ne fait pas que cela : il a décidé de partager ses compétences indéniables en image-maintien-apparence (le « look », quoi !) et de les enseigner au peuple : vous savez : tous ces gens qui ne se lavent pas les mains, qui se coiffent avec un pétard et qui explorent le fond de leurs narines en vous parlant (quand ils ne se grattent pas ailleurs). Bref, les « barakis »!

David a eu l’idée de lancer une « université » (excusez du peu) pour apprendre à tous ces gens comment bien se tenir, poliment et proprement et comment donner de soi une belle image. Rien à redire à cette noble intention, sauf…sauf qu’il existe déjà des écoles professionnelles officielles et gratuites qui s’occupent de cela…tandis que Jeanmotte, lui, demande 350 € pour une journée de coiffure, 500 € pour deux jours de maquillage, ou 250 € pour apprendre les bonnes manières en deux jours. Le cycle complet pour se « relooker » en dix mois vous coûtera la bagatelle de 6000€ !

L’ « université » décernera des diplômes et vous garantira même du boulot au sortir du cycle complet de formation (le plus cher). Là, David, je crois que tu t’avances…

Convaincues par cette œuvre de salubrité publique et flattées  par la présence d’une université à Courcelles, nos autorités communales, de bon cœur, ont même octroyé un subside de 3200 € pour cinq jours de cours gratuits dispensés en collaboration avec l’EPSIS et les Maisons de village.

Bon, on connaît l’aversion de certains de nos mandataires pour les « barakis », mais de là à soutenir une opération qui va pomper du fric à une population précarisée en lui faisant miroiter un nouveau look et du boulot… pas très sympa!

Décidément, elle tourne bizarre notre commune : entre une université attrape-gogos, une élection de Miss Courcelles et un spectacle abrutissant de cascadeurs autos-motos, c’est pas demain qu’on relèvera le niveau…

Le Front des Gauches.

2 commentaires (ajouter le votre)

Francy
dimanche 28 août 2016, 13:39 #1

Sans compter l'énergie et l'argent dépensés par notre besogneux Comité des Fêtes, sans lequel nous n'aurions pas, hélas, de ducasse hebdomadaire !

Yvan Cancelier
dimanche 28 août 2016, 18:45 #2

Et l'on sort de ce cursus avec un diplôme en chocolat ? ? ?

Laisser un commentaire   


Envoyer