Chargement ...

LE JOUR DE LA TERRE EN PALESTINE

LE SECOURS POPULAIRE WALLONIE-BRUXELLES ET PROGRÈS et CULTURE

commémorent

LE JOUR DE LA TERRE EN PALESTINE

du 30 mars au 6 avril

à La Posterie

rue Monnoyer, 46 – 6180 Courcelles


 

30 mars 1976 - 30 mars 2012 ; La même logique coloniale de confiscation des terres palestiniennes et d’épuration ethnique.

Chaque année, le 30 mars, depuis 1976, le peuple palestinien - et avec lui le mouvement de solidarité avec ses droits nationaux légitimes- commémore une journée de deuil mais aussi de lutte contre la confiscation de sa terre par Israël. En 1976 en effet, le gouvernement, travailliste, décide de confisquer 2 000 hectares de terre, principalement en Galilée. Ce sont donc les Palestiniens de 1948, c’est-à-dire théoriquement citoyens de ce qui est devenu en 1948 l’Etat d’Israël, qui sont visés.

Après l’expulsion massive et la dépossession de 1947-1948, les confiscations des terres de Palestiniens ayant réussi à rester dans le territoire devenu israélien se poursuivent. Citoyens de dernière zone, ils ont vu la destruction de centaines de leurs villages et subissent eux aussi le vol de leurs terres et de leurs ressources. Le 30 mars 1976, c’est la grève générale. Un jour de renaissance politique pour les Palestiniens d’Israël. Un jour de révolte. Un jour de lutte pour leur terre et pour leurs droits, avec le soutien des Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem, de la bande de Gaza. La répression militaire israélienne en Galilée sera féroce. Bilan de la journée : six morts, des centaines de blessés et autant d’arrestations.

Aujourd’hui encore ces Palestiniens de 1948 continuent de subir une discrimination raciste de fait, politique, sociale, économique. Des dizaines de villages sont toujours non reconnus et ne disposent d’aucun service. Les Bédouins du Negev subissent au quotidien la violence des destructions répétées de leurs villages. Les lois liberticides votées tout récemment au parlement israélien interdisent la commémoration de la Nakba et imposent aux Palestiniens l’allégeance à l’Etat que les responsables israéliens veulent exclusivement juif.

Le Secours Populaire Wallonie Bruxelles a toujours fait preuve d'une profonde solidarité envers les quatre millions de réfugiés palestiniens et dont la Communauté internationale ne se soucie guère. La commémoration des massacre de Sabra et Chatila les 16 et 18 septembre 1982 est l'occasion pour nous de rappeler au monde la grande souffrance que les réfugiés palestiniens du Liban, endurent depuis 1948...

Programme :

du 30 mars au 6 avril 2012 à la Posterie à Courcelles

LA JOURNÉE DE LA TERRE

Le vendredi 30 mars

Vernissage de l'exposIition photos : rencontre avec un peuple sans terre.

film et débat:«Le Théâtre du Public à Ramallah»

Soixante après la Nakba, durant le mois de mai 2008, le théâtre Al Kasaba organisait un festival dédié à la Nakba. Le Théâtre du Public de La Louvière était invité à Ramallah pour interpréter «Terres Promises», une pièce inspirée d’une nouvelle de Gassan Kanafani : «Retour à Haïfa». au-delà de la représentation du Théâtre du Public, le film souligne également les difficultés auxquelles sont confrontés les opérateurs culturels pour exercer leur métier.

Du 30 mars au 6 avril 2012

ExposIition photos : rencontre avec un peuple sans terre.


Une exposition composée de photographies réalisées principalement dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban et qui montre le grand désarroi des 450.000 réfugiés palestiniens livrés à eux-mêmes dans environ 12 camps. Ces Palestiniens sont entassés dans des camps surpeuplés dans le plus grand dénuement depuis 1948,

Le mardi 3 avril à 19h

Conférence de Serge Hustasche, député provincial du Hainaut et Leila Shahid (à confirmer, délégué générale de la Palestine auprès des Communautés européennes)

La Province du Hainaut et la Palestine

La Province de Hainaut et le Gouvernorat de Bethléem ont signé un accord de coopération. Le Maire et le Gouverneur de Bethléem, accompagné d’Edmund Shehadeh, Directeur de l’Hôpital de Beit Jala ont été reçus, du 28 février au 2 mars à Tournai. Outre l'accord, ce séjour était principalement axé sur la visite des sites classés UNESCO.

Le jeudi 5 avril à 19h30

Film : THE PROMISE (LE SERMENT) de De Peter Kosminsky (G-B – 2005)

Erin Matthews se rend en Israël pour accompagner sa meilleure amie Eliza qui doit faire son service militaire. Dans ses bagages, elle a emporté le journal de son grand-père qui était soldat sur place pendant le mandat britannique sur la Palestine. À travers son histoire, Erin apprend à connaître le conflit israélo-palestinien qui perdure encore …

Peter Kominsky s’était déjà penché sur un bout d’histoire douloureux avec Warriors, et, à sa façon, The Promise poursuit dans ce sens. Un parallèle qu’il n’est pas gratuit de faire vu que c’est après avoir regardé Warriors qu’un ancien soldat ayant servi en Palestine a écrit au scénariste-réalisateur et lui a suggéré de se pencher sur le mandat britannique sur la Palestine. C’est là que l’histoire de The Promise a commencé – en tout cas, le travail de recherches

Débat en présence de JACQUES BUDE, professeur de psychologie sociale à l'ULB, témoin direct de cette époque

Tél : 0497 535 034 – 0476 463 919

Mail : guidf7@gmail.com

 

0 commentaire (ajouter le votre)

Laisser un commentaire   


Envoyer