Chargement ...

Le FdG interpelle au conseil communal

Robert Tangre, conseiller communal du Front des Gauches-Courcelles, interpellera le Collège communal lors du conseil du 28 mai : la sécurité rue Wartonlieu, après des accidents graves de la circulation, et  le problème des subventions aux bibliothèques publiques.

 Le FdG interpelle au conseil communal
Cliquez sur l'image pour agrandir.

La sécurité rue Wartonlieu :

La déclivité de la rue Wartonlieu est très forte d’autant plus qu’elle représente une longue ligne droite sans le moindre obstacle  Cette préfiguration du lieu amène les Fangio circulant dans de tels lieux à pousser à fond le moteur de leur véhicule. Drogues et alcools de plus favorisent de telles conduites inacceptables.

En moins de 15 jours, 3 accidents graves sont survenus sur cette artère de notre commune.

Le FdG estime que des mesures doivent être prises pour limiter la vitesse et éviter à l’avenir des accidents bien plus dramatiques avec, à la clef, blessures ou morts.

 

Les subventions aux bibliothèques publiques :

Certaines dispositions prévues par le décret-programme du 18 décembre 2014 affectent directement les opérateurs de lecture publique et plus précisément les bibliothèques communales et provinciales.

Le FdG souhaiterait savoir si nos bibliothèques publiques seront atteintes par ces mesures austéritaires sachant qu’à Courcelles, des mesures positives ont été prises pour encadrer et développer la lecture publique en accord et avec l’aide d’associations locales.

S’en prendre à la culture, c’est s’enfermer dans une logique qui ne peut que conforter les organisations fascisantes qui estiment que la culture n’est pas rentable financièrement.

S’en prendre à la culture, c’est empêcher nos concitoyens de s’ouvrir et comprendre les problèmes qui nuisent à la société d’aujourd’hui, à l’abêtir pour demain mieux les manipuler.

 

 

1 commentaire (ajouter le votre)

De Vestele Bernard
mardi 22 décembre 2015, 13:28 #1

Je pense que tous les grands axes de toutes les communes de Belgique et d'ailleurs sont concernés par la vitesse excessive. Quand prendra-t-on en compte les problemes des riverains? Quand les hommes ou femmes politiques de tous poils toutes couleurs confondues, prendront-ils le taureau par les cornes et agir véritablement? Quand tiendront-ils leurs promesses électorales. Si le politique le voulait réellement, la vitesse pourrait être combattue de façon radicale. Je reste persuadé que l'enjeu politique les freine dans leur élan. Mettre les choses en place risque de leur coûter des voix aux prochaines élections

Laisser un commentaire   


Envoyer