Chargement ...

Les finances communales: chapitre III

Les finances communales : chapitre III

Pour ce texte, nous allons analyser brièvement les deux mandatures suivantes :

-        Celle de 89 à 95 avec André Trigaut, Bourgmestre, 1 er mandat

-        Celle de 92 à 2001, avec André Trigaut, Bourgmestre, 2 ème mandat.

En décembre 1988, un homme de grande qualité, Georges Glineur élu communal communiste depuis 50 ans décide de ne plus se représenter.

 Les finances communales: chapitre III
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Après 12 années d’une alliance très active regroupant, communistes (PC), chrétiens (GPTC) et socialistes indépendants (SI), naît l’Union Communale Progressiste et Wallonne (UCPW) regroupant cette fois communistes (PC), militants wallons (RW) et progressistes de diverses tendances.

C’est ainsi qu’au 1 er janvier 1989, je prête serment pour la première fois comme conseiller communal. Le citoyen que j’étais, aimant la chose publique (res publicae) découvre progressivement la gestion communale de l’intérieur.

Un temps d’apprentissage est nécessaire, rendu plus facile, certes, grâce à l’aide de mes camarades.

La chose n’est pas simple surtout en constatant que le conseil communal est plus une chambre d’entérinement des décisions prises par la majorité PS homogène de l’époque et que le débat n’existe pas. Si vous ne le provoquez pas en déposant à chaque conseil des interpellations ou questions, vous ne serez jamais qu’une main qui se lève lors d’un vote.

Grâce à mes amis, je découvre la réalité de l’étude ou du budget ou du compte communal.

Si vous ne possédez pas quelques prérequis en la matière, vous vous trouvez face avec les colonnes de milliers de chiffres qu’il vous faut comprendre.

Le Collège, très légalement 7 jours avant la tenue du conseil, vous fait parvenir un document épais d’au moins 5 centimètres qu’il vous faut éplucher.  Avec le temps, vous comprenez que vous n’avez pas à ergoter sur quelques euros en plus ou en moins parmi les nombreux articles sur lesquels vous êtes amené à vous prononcer. Il faut découvrir l’arrière du décor et les grands axes que la majorité veut vous faire partager. Cela s’apprend avec le temps.

Quant au budget, alors là, le plus grand nombre, tant conseillers qu’échevins n’ont jamais compris que le miroir était sans tain.

Indépendamment de ceci, il faut reconnaître les qualités et la volonté d’ouverture de l’échevin des finances de l’époque, Claude Richard qui passait ses journées à travailler au sein de l’administration et du receveur, M Marcel Chapelle de Trazegnies.

1995, est arrivé le moment de la révolution au niveau de la comptabilité communale. Une équipe de receveurs régionaux a élaboré un nouveau système de comptabilité proche de la comptabilité d’entreprise. Assurément, une matière nouvelle difficile à digérer par tous.

Claude Richard organise vers 1998, une réunion de tout le conseil – malheureusement le nombre de participants est réduit. C’est Georget Potvin, récemment décédé, un des concepteurs qui est à la barre et pour nous aider, il remet à chaque participant un fascicule et une cassette enregistrée.*

L’UCPW puis le FdG ont toujours tenté à la veille des élections communales qui suivront (2000 – 2006 – 2012) veillé à conscientiser leurs candidats sur cette matière si difficile en partant de cet outil.

En outre, l’échevin, envoya un jour par semaine le secrétaire communal, le receveur et l’un ou l’autre membre du personnel suivre un cours de formation donné par G. Potvin à l’Université de Mons pour l’apprentissage de cette matière.

Les roulements à billes étant bien graissés, tout devait fonctionner sans le moindre accroc.

Robert Tangre

Je vais tenter de mettre ce document sur internet.
 

A suivre.

0 commentaire (ajouter le votre)

Laisser un commentaire   


Envoyer