Chargement ...

Terminal bancaire à Gouy-lez-Piéton.

Lors d’une récente réunion du conseil communal de Courcelles, le conseiller communal FdG Robert fit la déclaration suivante :

L’ancienne commune de Gouy est vraiment délaissée, abandonnée par les pouvoirs publics (poste) ou privés (banques). Pour la moindre opération postale ou bancaire, les Gouytois doivent se rendre dans l’une ou l’autre  commune de l’entité.

Lors d’une réunion publique à Gouy, la majorité ou l’une de ses composantes aurait affirmé que des démarches avaient été entreprises (seraient entreprises) pour qu’un terminal bancaire puisse être installé dans la localité.

Les personnes qui me l’ont affirmé me semblent de très bonne foi. Pouvez-vous me faire savoir si vous avez entrepris des démarches allant dans ce sens. Si oui, auprès de quel organisme bancaire ?

Avez-vous réfléchi au lieu où pourrait être installé un tel appareil ?

 Terminal bancaire à Gouy-lez-Piéton.
Cliquez sur l'image pour agrandir.

Dans sa réponse au nom du Collège communal, Mr Neirynck, échevin des finances, remercie Mr Tangre pour la question et y répond.

« En effet, vous soulevez une problématique que rencontre nos citoyens gouytois. Ils voient les services  et les commerces de proximités partirent les uns après les autres.

Concernant le projet d’installation d’un distributeur d’argent dans le village, je peux vous en parler sans difficulté, puisque  j’en  suis à l’origine.

En début 2009, en ma qualité d’administrateur d’un groupement d’agences bancaires de feu Dexia, j’avais rencontré le bourgmestre pour lui faire part d’une demande pressente de la population gouytoise, à savoir l’installation d’un Mister Cash.

A l’issue de cette rencontre, Monsieur le bourgmestre se disait favorable à l’installation d’un tel service. J’ai donc demandé à ma direction de prendre le relais et d’entamer les démarches pour mener à bien ce projet.

Nous aurions souhaité vous donner l’historique « papier » de ces échanges mais malheureusement le dossier complet qui se trouvait dans les archives communales est introuvable.

Nous ne détenons que 2 courriers envoyés par la banque Dexia dans lesquels on précise les endroits et les travaux nécessaires pour l’installation. On y précise aussi qu’au départ, il était prévu cette installation dans la maison communale, dans le local abritant en partie la bibliothèque  et dans un deuxième temps, on précise que le local des ouvriers est plus approprié.

On y précise que le local est mis à disposition par la commune qui s’engage à y faire l’aménagement intérieur ainsi que des abords. La banque prenant en charge tous les frais inhérents à l’installation et à la maintenance de l’appareil.

Du personnel de la banque est donc venu sur place, a rencontré Mr Dache, des plans et des croquis ont été établis et ensuite plus rien.

Nous avons donc, à cette époque, raté cette belle opportunité.

Comme vous l’avez certainement constaté, nous avions inscrit au budget extraordinaire de 2013 une somme pour réaliser les travaux nécessaires à cette installation. Des contacts ont donc été entamés  avec nos 3 fournisseurs bancaires, à savoir ING, BNP Paribas et Belfius.

N’ayant pas pu concrétiser et trouver d’accord avec une banque en 2013, nous avons reporté ce budget en 2014.

Il faut savoir qu’une telle installation coûte à l’organisme bancaire approximativement 75.000 euros et que son coût de fonctionnement est de 25.000 euros par an.

Nous en sommes toujours à l’étape des négociations et nous ne désespérons pas. »

Conclusions du Front des Gauches:

Pauvres banques. Elles spéculent, perdent des sommes considérables. C’est notre argent qui les sauve de la faillite et cela à coups de milliards d’euros En échange, pour nous démontrer leur manque de reconnaissance, elles ferment de nombreuses agences. Elles licencient des milliers de membres du personnel. Elles nous transforment en employés bancaires et nous font payer chèrement le travail que nous fournissons à leur place. Elles nous octroient des intérêts qui, en fonction de taux insignifiants, nous font perdre de l’argent.

Pour elles, rien ne change : nos placements leur permettent à nouveau de procéder à leurs jeux hasardeux et comptent sur le silence si pas la complicité de nos élus. Demandez la recette à Jean-Luc Dehaene, il en connaît un bout, lui qui ne sera pas traîné en justice pour incapacité notoire de gestion

1 commentaire (ajouter le votre)

R.B.
jeudi 17 avril 2014, 20:13 #1

En ce qui me concerne (j'habite Trazegnies ), j'ai toujours dit que dans une fusion, on fait d'abord la métropole et les faubourgs ..... c'est après !
Pauvre gouytois !

Laisser un commentaire   


Envoyer